Para utilizar las funcionalidades completas de este sitio es necesario tener JavaScript habilitado. Aquí están las instrucciones para habilitar JavaScript en tu navegador web.

Élevage regénératif : Restauration des sols à Réserve de Conservation Torres del Paine

Forte d’un riche héritage historique, l’industrie de l’élevage patagonienne a soutenu l’économie de la région pendant près d’un siècle, entraînant la construction de ranchs, de routes et de voies navigables qui lui ont permis non seulement de pénétrer plus efficacement le territoire, mais aussi d’améliorer sa connectivité ultérieure.

Le développement de l’élevage au fil de longues années a néanmoins entraîné l’érosion et la dégradation des sols. Explora a donc décidé de mettre en œuvre une initiative pionnière visant à contribuer à la conservation des terres et à la récupération des sols.

Cette nouvelle initiative, qui repose sur les principes de l’élevage régénératif, a été présentée en octobre dans la réserve de conservation Torres del Paine, située dans le secteur nord-est du parc national du même nom. L’initiative a pour but d’améliorer la durabilité de l’élevage, en renforçant la conservation du sol par la technique de l’élevage de chevaux dans le cadre d’une gestion régénérative.

« Les chevaux sont un élément clé de la proposition de valeur d’Explora et nous sommes convaincus que leur gestion responsable peut avoir un impact positif réel sur l’environnement et les communautés. Nous nous efforçons de rompre le paradigme selon lequel la possession d’animaux et la conservation sont antagonistes », a déclaré Nicolás Vial, responsable de la réserve de conservation d’Explora.

Dans le souci de contribuer à la conservation des territoires de la région, nous avons invité la communauté et les autorités locales à participer à des conférences pour s’informer sur cette technique. En octobre, plus de 70 personnes avaient déjà participé aux formations et nous espérons que d’autres personnes se joindront à nous d’ici la fin de l’année 2022.

Pour mettre en œuvre cette initiative, nous avons été conseillés par l’expert José Manuel Gortazar, qui promeut un modèle agroalimentaire axé sur une production durable et responsable. En outre, nous travaillons actuellement à l’obtention de la certification du Savory Institute, chef de file mondial de l’élevage régénératif.

« J’ai voulu participer à ce projet parce que j’étais enthousiasmé par le fait qu’une entreprise d’un secteur totalement différent veuille contribuer à changer notre regard sur les choses, à briser les mythes et à montrer les bonnes pratiques aux autres entreprises au bénéfice de l’avenir dont nous avons besoin », a déclaré José Manuel Gortazar, conseiller d’Explora sur les méthodes d’élevage régénératives.

Gestion régénérative des animaux

Explora, qui possède 30 chevaux dans la réserve de conservation de Torres del Paine a entrepris en janvier 2022, a entrepris l’application des premières techniques régénératrices par le pâturage stratégique, consistant à déplacer les animaux de manière planifiée, en respectant le calendrier de la nature et la croissance des plantes. « L’élevage régénératif contribue à atténuer le changement climatique car il revitalise la séquestration du carbone grâce à un meilleur fonctionnement de l’écosystème. Les exploitations agricoles gérées selon cette pratique capturent davantage de carbone que celles qui ne le font pas », a précisé M. Gortazar.

Le plan est établi en collaboration avec l’équipe des écuries et dépend de facteurs variés tels que la qualité du sol, le nombre d’animaux, le personnel disponible, le type et la quantité de clôtures environnantes, entre autres.

L’un des problèmes qui caractérisent le sol du Parc national Torres del Paine est la cohabitation de deux phénomènes : le surpâturage dans certaines zones et le repos excessif dans d’autres. « Les plantes qui ont résisté au surpâturage ont poussé, et vu qu’elles n’étaient pas consommées en raison de l’absence d’herbivores dans la région, elles ont dépéri pour cause de repos excessif. Une fois qu’elles se dessèchent, les plantes s’oxydent lentement et génèrent du carbone, qui est un excellent carburant en cas de feux de forêt. En outre, au cours du processus de décomposition, elles produisent du méthane qui est un gaz à effet de serre », explique Romina Da Pieve, directrice adjointe des Réserves de conservation d’Explora.

[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]