Para utilizar las funcionalidades completas de este sitio es necesario tener JavaScript habilitado. Aquí están las instrucciones para habilitar JavaScript en tu navegador web.

Desert & Altiplano

Chile - Argentina - Bolivia

About Desert & Altiplano

Les territoires que nous explorons et protégeons ne sont pas choisis au hasard. Au contraire, ils répondent à un dialogue conscient entre la nature et la culture, articulant collectivement une constellation transcontinentale de paysages naturels et culturels à protéger d'urgence.

Le désert d’Atacama abrite la vie là où on s’y attend le moins, comme dans les lacs, dont certains sont dix fois plus salés que la mer et contiennent très peu d’oxygène. Dans cet environnement, hostile à presque toutes les espèces subaquatiques de la planète, vit l’artémia, un micro-invertébré primitif de 1 cm de long, formidable exemple d’adaptation aux environnements extrêmes.

Son prédateur est le flamant rose, un oiseau typique des lacs andins peu profonds. Il mesure en moyenne 1 m et se reconnaît facilement à la couleur blanc-rosé de son plumage et à son vol stylisé, généralement en volées.
Le condor, l’oiseau le plus imposant des Andes, vit dans les hauteurs de la Cordillère. Parmi les autres représentants de l’avifaune, on trouve la perdrix des Andes et le nandou. Téléchargez la liste des oiseaux que nous mettons à disposition de nos voyageurs ou demandez-la sur place afin de pouvoir identifier les oiseaux que vous verrez lors de vos explorations.
Quant aux mammifères, on trouve le lama, l’alpaga, le guanaco et la vigogne, tous des camélidés originaires des Andes. Citons également le renard roux et des rongeurs comme le viscacha et le chinchilla.
La flore est composée d’herbes et de fleurs telles que la llareta, la grama salada et le thym, et d’arbres tels que le chañar, le pimiento et l’algarrobo, caractérisés par leur feuillage et l’ombre agréable qu’ils offrent.

Il existe également un grand nombre d’espèces de cactus, une famille de plantes qui, dans leur adaptation aux climats arides, ont perdu leurs feuilles et se sont couvertes d’épines dans lesquelles elles concentrent l’eau. Parmi eux, on distingue le candélabre et le cardon, qui peuvent atteindre 7 m de hauteur et 70 cm de diamètre.

Les premiers explorateurs étaient attirés par le mythe de terres riches en or, situées au sud de l’empire inca. C’est sur cette piste qu’est arrivé l’Espagnol Diego de Almagro, le premier aventurier européen à atteindre le Chili et à fouler le sol du désert d’Atacama, après une traversée spectaculaire de la Cordillère des Andes. Aujourd’hui comme hier, Atacama reste une expérience unique, une rencontre inoubliable avec un environnement généreux en traditions, formes et couleurs.
L’origine du mot Atacama ne fait pas l’unanimité. Certains l’attribuent au canard Tacama, un oiseau au plumage noir et au poitrail blanc qui habite les côtes du Chili et du Pérou ; d’autres font remonter son étymologie au Kunza, l’une des langues originelles de la région. Pour eux, le mot viendrait d’Atchcamar, mot par lequel les anciens Atacameños désignaient la région. Sa traduction serait « tête du pays », et l’espagnol aurait adapté sa prononciation à sa version actuelle : Atacama.

Si l’on retrouve des traces de la présence humaine dans le désert d’Atacama depuis plus de 10 000 ans, les premiers signes d’une société organisée sont ceux d’une tribu nomade de chasseurs-cueilleurs, qui vivait il y a environ 7 000 ans.

La culture Licán Antai ou Atacameña, comme l’ont appelée les Espagnols, serait apparue aux alentours de l’an 1000 avant J.-C., lorsque les premiers établissements agricoles ont commencé à s’établir autour des oasis d’Atacama.

La construction de canaux pour exploiter les eaux des rivières a permis l’irrigation artificielle et l’implantation de cultures selon un ingénieux système de terrasses. Les Atacameños travaillaient également les métaux, les céramiques et les textiles, créant des objets particuliers qui ont acquis une grande importance dans leur culture et leur religion.

Après une brève domination par l’empire Inca au milieu du XVe siècle, la conquête d’Atacama par les Espagnols a eu lieu en 1536, ce qui a entraîné la désintégration progressive des communautés Atacameñas, notamment en raison de la perte de leur langue et de leur religion d’origine.

L’oasis de San Pedro de Atacama est située à 2 500 mètres au-dessus du niveau de la mer dans la région d’Antofagasta au Chili, au cœur du désert d’Atacama. L’oasis est irriguée par les eaux des rivières San Pedro et Vilama, qui ont leurs affluents dans la zone montagneuse.

À l’est, elle est entourée par un cordon volcanique de la Cordillère des Andes, irrégulier dans son relief et sa continuité. L’altitude varie entre 4 500 et 6 000 mètres au-dessus du niveau de la mer et les volcans Licancabur, Lascar et Sairecabur se démarquent. À ce niveau, nous trouvons également la zone de l’altiplano, qui s’élève entre les volcans et relie les frontières du Chili, de l’Argentine, du Pérou et de la Bolivie.

À l’ouest se trouvent les chaînes de montagnes Domeyko et La Sal, dont l’altitude moyenne est respectivement de 3 300 et 2 550 mètres au-dessus du niveau de la mer. C’est dans la Cordillère de Sel que se trouve la Vallée de la Lune, un paysage irrégulier qui surprend par ses couches de sédiments et de roches verticales de sel, de gypse et d’argile.

Le système hydrographique de cette zone est endoréique, c’est-à-dire que l’eau n’atteint pas la mer, car elle s’évapore d’abord en dissolvant les sels du sol. Lorsque l’évaporation est plus importante que l’apport d’eau, de grandes concentrations de sel se forment, comme dans le cas du Salar de Atacama, le plus vaste désert de sel de la région, situé à quelques kilomètres de San Pedro, d’une longueur de 90 kilomètres et d’une largeur de 35 kilomètres.

Dans les Andes, entre 4 000 et 4 400 mètres au-dessus du niveau de la mer, se trouve l’Altiplano ou Puna, un grand plateau de plaines larges et lisses, formées par les matériaux érodés des montagnes et des volcans, qui abrite des lacs, des zones humides, des salars et des geysers.

Geysers d'El Tatio

Geysers d’El Tatio : le plus grand champ géothermique d’Amérique latine
El Tatio se trouve à 95 km de San Pedro, à 4 200 m au-dessus du niveau de la mer, dans l’altiplano. Ce site regroupe environ 80 geysers actifs, répartis sur une zone d’activité de 10 km2.
Les éruptions d’eau peuvent s’élever à plus de 10 m, à une température moyenne de 86oC. Des mesures plus profondes ont enregistré des températures allant jusqu’à 240oC.

Découvrir d’autres destinations

Une myriade d’autres destinations attendent de vous être dévoilées

[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]