Torres del Paine: mémoires d'un voyage incroyable.

Mémoires d’un voyage à Torres del Paine

Si vous avez déjà vu une carte postale des Torres del Paine, vous avez sans doute ressenti une envie impérieuse de vous y rendre. Cette image que l’on retrouve dans les guides touristiques sur le Chili, sur des affiches grand format dans les aéroports chiliens ou encore dans les livres de photographie les plus célèbres peut produire cet effet quasi immédiat sur presque tous ceux qui la regardent.

Mémoires d’un voyage à Torres del Paine

Du moins, c’est ce qui m’est arrivé il y a quelques années. En voyant la photo, j’ai décidé que les Torres del Paine faisaient partie de ma liste de destinations incontournables à visiter dans la vie. Quelle que soit la manière de voyager et indépendamment de la somme que j’étais prête à dépenser, pour moi, l’important était de visiter la huitième merveille du monde.

Au dèla des Torres del Paine

J’avais déjà eu le coup de foudre pour les tours de granit, mais avant d’organiser mon voyage, je voulais tout de même savoir ce que le parc national Torres del Paine avait d’autre à offrir. J’ai été agréablement surprise. Dans le parc, on peut visiter différents glaciers, notamment le glacier Grey. Situé sur le lac éponyme, ce géant de glace aux teintes bleutées dont se détachent des icebergs constitue l’un des paysages les plus saisissants du parc et pour rien au monde, je n’aurais manqué de le voir. J’ai aussi lu que des promenades lacustres étaient organisées pour voir le glacier de plus près. Déjà, je rêvais de me trouver à quelques mètres seulement de ces glaces millénaires.

J’ai également appris qu’une cinquantaine de pumas vivent dans le parc. C’est donc l’un des meilleurs endroits au monde pour l’observation de ce mammifère, le plus grand félin du Chili. J’ai voulu en savoir plus et après m’être renseignée sur différents sites internet, j’ai compris qu’apercevoir un puma était une question de chance. J’espère que j’en rencontrerai un.

J’ai aussi compris que le « W » et le « O », célèbres itinéraires de randonnée pour s’approcher des Torres del Paine, ne sont pas la seule manière d’explorer le parc Torres del Paine. Il existe en effet une foule de possibilités différentes : chevaucher dans les pampas ou parcourir des sentiers comme le Mirador Cóndor, qui offre des vues panoramiques sur les Cornes du Paine et le lac Pehoé, ou bien alors se rendre au point de vue Ferrier, à l’est du parc, entre autres. Tout ce que je lisais au sujet du parc me semblait passionnant.

Au travail!

J’étais déjà fermement décidée à aller au parc. Il me fallait maintenant savoir comment. Au départ, j’ai commencé par l’idée de dormir dans les refuges et les campings du parc. Je voulais être en communion totale avec la nature, me réveiller chaque matin au beau milieu du parc, mais je n’étais pas sûre d’être prête à vivre l’expérience de ce lieu reculé en camping. L’idée de porter sur mon dos les vêtements et les vivres nécessaires pour cette aventure de plusieurs jours ne me séduisait pas vraiment. J’ai donc ciblé ma recherche sur les « possibilités d’hébergement et hôtels à Torres del Paine » et suis tombée sur explora, le seul hôtel de luxe situé à l’intérieur du parc national.

Fort de plus de 40 excursions pour explorer les coins du parc que je rêvais de connaître, le concept proposé par explora Patagonia  semblait fascinant. On peut choisir les explorations que l’on souhaite faire, comme des randonnées à pied ou à cheval, pour la journée ou la demi-journée, et les explorations comprennent en outre la navigation vers le glacier Grey. J’ai appris que les chambres avaient toutes des vues imprenables sur la nature environnante. Celles qui se trouvent dans l’aile sud de l’hôtel ont vue sur la cascade Salto Chico, tandis que de l’autre côté, la vue est telle qu’on dirait que les cornes du Paine se dressent dans les chambres. Le lit avait l’air confortable et le spa, équipé de jacuzzis extérieurs, était fort séduisant. Il va sans dire que j’ai tout de suite cliqué pour réserver quatre nuits à explora Patagonia. On m’assurait que je n’aurais rien d’autre à faire que profiter de mon séjour.

Vivre l’expérience explora

Mon avion a atterri un matin à Punta Arenas, où l’on m’attendait pour me conduire vers le parc. J’ai pris place à bord d’un minibus avec deux autres voyageurs, l’aventure commençait. En route, on m’a remis un livre sur la philosophie d’explora et une lettre de bienvenue expliquant l’itinéraire suivi. Au cours de ce trajet d’environ cinq heures et demi, nous profiterions du paysage et ferions une halte pour déjeuner sur le pouce avant d’arriver à l’hôtel.

Quelques heures plus tard, un guide m’a accueilli à explora pour me montrer ma chambre et m’inviter à explorer le parc l’après-midi. Il m’a suggéré la randonnée Mirador Cóndor. J’ai déposé mes affaires et me suis préparée pour l’excursion. Au départ de l’hôtel, nous avons rejoint à pied le point de vue dit Cóndor, d’où l’on a une vue panoramique sur le parc. Nous avons vu les nids des condors et des guanacos. J’étais heureuse d’être là. J’étais dans le parc national Torres del Paine, ce dont je rêvais depuis que j’avais vu ce paysage en photo pour la première fois.

Le soir venu, avant le dîner, un guide s’est approché pour me proposer une exploration pour le lendemain. C’était un défi important : une randonnée vers la base des Torres. « Demain, il fera un temps splendide. Tu ne peux surtout pas manquer les Torres del Paine sous un soleil pareil », m’a-t-il dit.  J’avais prévu de laisser cette exploration pour le dernier jour, mais j’ai repensé à ce que j’avais lu : en Patagonie, le temps est changeant et parfois, il faut prendre des décisions de dernière minute pour ne pas manquer l’occasion de voir les tours de granit.

Il est temps

Base de las Torres del Paine

Ce matin-là, à mon réveil, j’étais pleine d’émotion. Je voulais voir les tours de près, et pour cela, il nous faudrait marcher neuf kilomètres. Munis de bâtons de randonnée, d’eau, d’encas et de sandwichs pour le déjeuner, nous sommes partis. Peu à peu, nous pénétrions dans une forêt spectaculaire. Parfois, nous croisions d’autres randonneurs et nous encouragions les uns les autres. Le sentier était tellement beau qu’on oubliait les mètres qu’il restait à parcourir ou le dénivelé qui nous attendait. Arrivés en haut, nous avons découvert un lac turquoise, avec pour toile de fond les énormes tours, qui semblaient me souhaiter la bienvenue.

J’étais arrivée à bon port. Je connaissais enfin les Torres del Paine. Comme l’avait dit le guide, le beau temps était au rendez-vous. Le soleil brillait, les tours et les nuages se découpaient sur un ciel d’un bleu étincelant. En m’approchant du lac, je me suis sentie minuscule. Alors que j’admirais le paysage, le vent caressait mon visage. C’était parfait. J’ai ensuite rejoint le guide et mes compagnons de voyage pour déguster avec eux une soupe bien chaude et pique-niquer en admirant cette vue spectaculaire.

Le retour aussi a été fabuleux. J’étais heureuse de ce que j’avais accompli ; j’avais parcouru ces kilomètres et vu les Torres del Paine. Mais ce n’est pas tout : alors que nous regagnions l’hôtel à bord d’un minibus, nous avons vu un puma. Il était là, sur les coteaux, assis, à observer tout ce qui l’entourait. Nous sommes descendus du minibus pour mieux contempler ce félin majestueux. C’était vraiment mon jour de chance.

Vivement recommandé

catamaran-explora-patagonia

Les jours suivants, j’ai continué d’être épatée par chacune des explorations que j’avais choisies. J’ai visité le glacier Grey en naviguant, depuis le quai de l’hôtel, sur les eaux turquoises du lac Pehoé. J’ai traversé à cheval la rivière Serrano et découvert le côté est du parc en grimpant vers le Mirador Ferrier, qui offre des vues sur les glaciers, les rivières et les montagnes recouvertes de forêts.

Il va sans dire que les repas servis à l’hôtel étaient délicieux et que mon lit était aussi confortable qu’il en avait l’air sur le site web. J’ai profité des jacuzzis en plein air et senti que la promesse d’explora avait été remplie : il ne fallait s’occuper de rien, je n’avais juste qu’à profiter de ce lieu. J’ai donc une destination en moins dans ma liste de lieux à visiter avant de mourir, le prochain sera sûrement l’île de Pâques. On m’a dit qu’il y avait aussi un explora.

 

Destinations explora

Inscrivez-vous à la lettre d'information explora News et recevez chaque mois nos actualités.