Parc  National Torres del Paine explora

explora Torres del Paine

Le parc national Torres del Paine peut être abordé de différentes manières.

explora Torres del Paine

Le voyage de Benjamin a commencé. Pendant dix jours, il va parcourir le célèbre parc Torres del Paine avec son père et ses frères aînés, tous de grands sportifs et très motivés, de surcroît. Enthousiasmés par les récits des voyageurs qui ont sillonné les paysages imposants de l’extrême sud du Chili, ils ont planifié pendant des mois leur expédition en Patagonie dans les moindres détails. Benjamin est, pour sa part, bien moins sûr de lui. Plus jeune – il vient tout juste d’avoir treize ans – il est un peu petit pour son âge. Ses compagnons de voyage sont tellement enthousiastes qu’il n’ose pas exprimer ses inquiétudes : il craint de ne pas y arriver.

La journée a mal commencé. Son sac à dos, dont le chargement était pourtant proportionnel à son poids, s’est rempli de cailloux imaginaires à quelques kilomètres du départ. Il a accepté que l’on allège un peu son fardeau mais s’est bien gardé de montrer qu’il en était à la fois honteux et soulagé. Le vent soufflait fort, mais ses vêtements commençaient à l’encombrer. Ces chaussettes n’étaient-elles pas censées être plus souples? Ne lui avait-on pas dit que ces chaussures de marche étaient légères et solides?

Le célèbre  « O » des Torres del Paine

Le parc national Torres del Paine peut être abordé de différentes manières. Les cornes sont visibles d’une multitude d’endroits dans le parc et les visiteurs peuvent les approcher par différents côtés en fonction du temps qu’ils ont devant eux et de leur état physique. Suffit-il de les contempler de loin ? C’est une possibilité. Mais on peut aussi longer l’un des flancs de ce massif, en empruntant le circuit de randonnée dit « W ». Pourquoi pas ? Et pourquoi ne pas en faire alors le tour complet ?

Le circuit « O » est réservé aux randonneurs les plus courageux. Ceux qui ne se contentent pas de s’être rendus sur place. Ceux qui veulent conquérir les Torres del Paine, s’approprier ce paysage. Ceux qui aiment dire qu’ils ont relevé le défi, qu’ils ont atteint un objectif réservé aux intrépides.

En règle générale, il faut environ sept jours pour parcourir ce circuit d’une centaine de kilomètres. Chaque étape s’achève dans un camp où l’on monte la tente, qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il grêle.

Prendre une douche ? Parfois, mais mieux vaut ne pas se soucier des odeurs. Le confort ? Pas vraiment. Ce qui séduit véritablement ceux qui s’aventurent sur les sentiers du parc, c’est tout le reste : ses vues, l’ampleur de ses paysages, son incomparable beauté. C’est ce territoire immaculé, indompté, extrême. C’est l’effort fourni pour le parcourir et la satisfaction d’avoir atteint son objectif. Autant d’aspects de Torres del Paine qui hypnotisent ses visiteurs.

Hiker enjoying the landascape. Glacier, snowy mountains, Patagonia

Les marcheurs du Torres del Paine

Pas à pas, Benjamin a parcouru le circuit. Les sentiers rocailleux l’ont conduit d’un camp à l’autre : Seron, Dickson, Los Perros. Ses mollets se faisaient plus solides à mesure que les journées à Torres del Paine s’écoulaient.

Le côté nord du parc est bien moins fréquenté. Seuls ceux qui empruntent le circuit « O » ont la chance de contempler le champ de glace sud depuis 1350 mètres de haut, au col John Garner. Benjamin et ses compagnons de voyage ont atteint le but que se fixe la plupart des randonneurs : le glacier Grey, dont la couleur bleutée semble irréelle de par son intensité et sa pureté.

À Paine Grande, les randonneurs sont plus nombreux. Ce sont ceux qui parcourent le circuit W : Ils ont l’air plus frais, plus propres. Au refuge Cuernos, Benjamin a eu la visite des condors qui survolaient leur territoire. Il a aussi gravé dans sa mémoire les craquements de la glace au glacier Francés.

Benjamin et ses compagnons de voyage ont poursuivi leur marche avec ardeur vers leur but final : l’ascension de la base des tours de Paine. Ils avaient tellement contemplé ces montagnes de loin qu’ils étaient profondément émus d’être enfin à leurs pieds. C’est l’expérience du voyage qui vaut la peine, c’est elle qui fait la narration de ce parcours qui, bien que réalisé en groupe, constitue finalement un cheminement personnel.

La légende de Torres del Paine est née

En arrivant au dernier camp, la petite expédition est abordée par l’un des gardes forestiers. Ils en avaient déjà rencontré plusieurs en divers endroits du parc. « Je vous attendais », a-t-il dit. « Mes camarades me donnaient régulièrement de vos nouvelles. Benjamin, tu es le visiteur le plus jeune à avoir parcouru le Parc Torres del Paine. C’est un honneur pour moi de rencontrer enfin la légende. »

À Torres del Paine, chaque voyageur écrit sa propre légende, forge son vécu. Cette destination est réservée aux randonneurs chevronnés, ceux qui examinent dans le détail la flore et la faune. Aux citadins qui veulent fuir le béton et l’acier. Aux routards fauchés et à ceux qui peuvent se permettre quelques plaisirs. Ce parcours est l’occasion pour chacun de mesurer ses forces, de se connaître, de découvrir sa capacité à se dépasser soi-même.

Torres del Paine, c’est vivre une multitude de choses : des forêts de lenga, des sentiers boueux ou rocailleux, des vues imprenables sur des lacs et des glaciers. Des sentiers qui montent et d’autres, plus difficiles, qui descendent. C’est le drame de la destruction par le feu, mais aussi l’espoir des arbres qui renaissent. Torres del Paine, c’est surtout la promesse d’une expérience inoubliable.

explora Patagonia, Torres del Paine National Park, Patagonia, Chile

Finir en beauté à Torres del Paine

Le père de Benjamin avait annoncé à la fratrie une surprise, mais ils n’imaginaient pas qu’il serait question de luxe. C’est ce soir-là, après une longue baignade dans la piscine de l’hôtel explora, que Benjamin a compris le sens du terme. Des vêtements propres, de succulents repas préparés avec des produits frais. Des draps doux qui invitent au repos.

Qui plus est, l’hôtel, se trouvant à l’intérieur du parc national Torres del Paine, offrait depuis toutes ses fenêtres, une vue suggestive sur les cornes qui stimulait l’imagination. C’était pour Benjamin une manière de prolonger ce voyage de rêve, mais à un autre niveau d’expérience. Le soir venu, dans le hall de l’hôtel, de petits groupes se retrouvaient pour choisir leurs explorations du lendemain parmi un éventail de plus de 50 options : Certaines se faisant sur une demi-journée, d’autres sur la journée, à pied ou à cheval, plutôt calmes ou plus exigeantes physiquement. Quelle que soit l’excursion, à la fin de la journée, les voyageurs retrouvent le confort de leur lit. « La tente ne risque pas de me manquer », se dit Benjamin. Pourtant jeune et vigoureux, il commençait à se lasser des nuits passées dans le froid et l’inconfort. Avant de fermer les yeux, il se dit que le meilleur était encore à venir. Explora leur donnait la possibilité d’atteindre les lieux les plus reculés du parc Torres del Paine. Des lieux qui ne demandent qu’à être explorés par ceux qui veulent s’inscrire dans la légende.

Destinations explora

Inscrivez-vous à la lettre d'information explora News et recevez chaque mois nos actualités.